Accompagnement/ Comme un goût de Bretagne

Pommes de terre aux noisettes, camembert et andouille de Guémené

Pommes de terre aux noisettes, camenbert et andouille de GuémenéL’andouille, « ça me connait ! » Car je la fais souvent et aussi parce qu’il m’arrive régulièrement d’en croiser. Lorsque j’y pense ça provoque une furieuse envie d’embrocher, de couper menu, de faire rôtir et d’assaisonner fortement… Nous sommes probablement nombreux à éprouver ces sentiments à leur contact ! Alors aujourd’hui, oubliez les exutoires habituels sans lesquels impossible d’accepter leur présence. J’ai LA recette qu’il vous faut : Pommes de terre aux noisettes, camembert et andouille de Guémené ! Vous allez voir comme c’est bon de la couper en rondelles, de l’enfiler en brochettes et de la déguster en compagnie d’une petite sauce relevée à la moutarde…

Cela dit, finalement il convient de relativiser car selon la sagesse bretonne : « Que le cochon soit grand ou petit, il a toujours neuf andouilles dans le ventre »*. On est donc tous et toujours l’andouille de quelqu’un…

Votre andouille de service vous souhaite donc « bien l’bonjour » et une bonne journée !

*Citation extraite de Recettes Bretonnes de nos Grands-Mères de Louis Gildas aux Editions CPE.
 
Préparation : 10 minutes
Cuisson : 10 minutes à la casserole + 15 minutes au four.
Température de cuisson : 200°
 
Ingrédients (pour 4 personnes, en comptant 2 brochettes par personne)
8 pommes de terre moyenne (ici de variété Charlotte)
200 gr d’andouille de Guémené (de chez Rivalan-Quidu, vente en ligne ici)
50 gr de noisette
3 cuillères à soupe d’huile de noisette
1 camembert
2 grosses cuillères à soupe de crème épaisse
1 cuillère à soupe de moutarde à l’ancienne
1 cuillère à café de moutarde forte
Quelques gouttes de sauce Worcestershire

 

Préparation :

Lavez et brossez vos pommes de terre. Faîtes les cuire avec la peau dans une casserole d’eau froide salée pendant 10 minutes à compter de l’ébullition. Mettez à tremper dans l’eau 8 brochettes en bois.

Préchauffez le four à 200°.

Égouttez les pommes de terre et laissez-les refroidir afin de pouvoir les manipuler. Coupez dans l’andouille 24 tranches de 5 millimètres. Coupez également en tranches le camembert. Coupez chaque pomme de terre en quatre morceaux. Reconstituez la pomme de terre en intercalant des tranches d’andouille entre chaque morceau. Fixez l’ensemble en piquant la brochette de part en part. Placez les pommes de terre dans un plat à gratin. Déposez sur chaque pomme de terre une tranche de camembert.

Concassez grossièrement au couteau les noisettes. Saupoudrez les pommes de terre avec les noisettes et arrosez avec les cuillères à soupe d’huile de noisette.

Enfournez pour 15 minutes de cuisson.

Pendant la cuisson, préparez la sauce en rassemblant dans un bol : la crème épaisse, la moutarde forte, la moutarde à l’ancienne et les quelques gouttes de sauce Worcestershire (2 à 3 suffisent).

Dès la fin de la cuisson des pommes de terre, sortez et nappez chaque pomme de terre de sauce à la moutarde et servez aussitôt.

Mon conseil : ce plat peut convenir pour un repas léger avec une salade. Vous pouvez également en faire l’accompagnement d’une viande grillée. 

signature

 


Pommes de terre aux noisettes, camenbert et andouille de Guémené 003

Pommes de terre aux noisettes, camenbert et andouille de Guémené 009

 

By Cuisine de tous les jours

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 Commentaires

  • Répondre
    jeannette
    15 janvier, 2013 at 18 h 46 min

    miam !! miam !! que ça donne envie !! tu m’as fait rire avec la sagesse bretonne (façon druidique ? ;-)) ahh quelle bonne idée de les embrocher ces andouilles (oui j’en croise aussi… malheureusement) :)) bises !

  • Répondre
    Sylviane
    14 janvier, 2013 at 16 h 32 min

    Ça c’est un plat qui me plait ! et comme on attend la neige, on besoin de calories.
    Biz…ouille (and)

  • Répondre
    Méli
    14 janvier, 2013 at 13 h 18 min

    Super gourmande, ta recette! Et j’aime beaucoup moi aussi faire l’andouille, euh…. manger de l’andouille! 🙂

  • Répondre
    Arsinoé la Crapaude
    14 janvier, 2013 at 13 h 05 min

    Oh-my-God, comme ça doit être bon…
    Mais POURQUOI Monlolo n’aime pas la cochonnaille, hein ???!!!
    M’en fous, un jour j’en ferai pour mes parents, et lui il aura qu’à manger autre chose…